Schizophrenia, Gerald Kargl, Histoire d’une folie.

Il s’agit ici d’un film maudit à la réputation sulfureuse dont la cassette VHS s’est  refilée pendant longtemps de mains en mains les aficionados de tout poil, l’un de ses admirateurs étant le réalisateur Gaspard Noé qui n’a cessé de revendiquer l’héritage esthétique de ce film, véritable référence qui sou-tend l’univers glauque et déliquescent d’un film comme Irréversible. A l’origine de ce film un fait divers qui alimenta la presse au début des années 80 en Autriche: l’histoire d’un criminel psychotique qu’on avait autorisé à sortir de prison avant qu’il commette un nouveau crime atroce dans une banlieue de la middle-class. Prenant comme prétexte cette anecdote, le réalisateur Kargl va présenter une oeuvre hallucinante et hypnotique, qui, bien avant la noirceur du roman Un Tueur sur la Route de Ellroy, va happer le spectateur dans un vertige où il est plongé dans la conscience même de la conscience clivée d’un schizophrène à l’univers  à la fois radicalement déstructuré et réordonné dans une supra-rationalité délirante suivant les règles de la psychose qui l’anime.Dans un registre hyperréaliste, voire vériste, nous le suivons, parfois quasi en temps réel, notamment dans deux séquences de folie meurtrière, qui sont scindées entre la représentation directe des événements, dans une volonté nette de distanciation où apparait  un penchant vers le l’humour grotesque qui désactive l’empathie pour les victimes( reproche qui lui avait fait la censure, notamment française) et une représentation du passé traumatique du protagoniste, brisé par une histoire personnelle marquée par un désert affectif absolu, ce qui induit une sorte d’identification avec le tueur, autre dispositif qui fera pousser des cris d’orfraie aux tenants de la morâââle bien pensante, à l’époque même où, pourtant, des films qui The Texas Chainsaw Massacre et The Last House on the Left sont distribués.

La suite plus tard: en route pour le cinéma japonais!!!…..

Date de Sortie:1983

Réalisation : Gerald Kargl
Scénario : Gerald Kargl et Zbigniew Rybczynski
Photographie : Zbigniew Rybczynski
Musique : Klaus Schulze
Production : Gerald Kargl, Josef Reitinger (Lasca Produktions)
Durée : 75 min (director’s cut), 83 min (version internationale)

Avec:

Erwin Leder : le tueur
Rudolf Götz
Silvia Rabenreither
Edith Rosset